Comment expérimenter l’amour de Dieu?

candies,desir,servir

Mon expérience avec Dieu

Selon mon expérience, c’est le silence qui me soigne en profondeur; c’est le silence qui guérit le cœur de mon être. Dans le silence, je goûte la vraie nature du soi. Je ne crois pas seulement que je suis une âme, je ne visualise pas simplement que je suis une âme, je n’imagine pas seulement que je suis une âme, je deviens l’essence de cette expérience et la paix commence à envahir tout mon être. En silence, je résonne avec l’Âme suprême, je me place devant Lui. Je suis l’âme avec mon Bien-aimé éternel. Mes sens ne m’attirent pas, rien ne me distrait; je suis totalement présent avec le Père. Et les sentiments purs de Dieu, Ses vibrations pures, Son amour absolu et Son acceptation de moi touchent le cœur de mon être, et c’est alors que commence la guérison profonde de l’âme et du cœur.

Pourquoi mon cœur se sent parfois si blessé?

Dieu nous raconte l’histoire de notre cœur pour nous aider à comprendre pourquoi notre cœur se sent parfois si blessé ou si vide ou si abîmé. J’ai commencé mon histoire dans un monde d’amour divin, un monde d’amour tel qu’il n’y a pas de concept de non-appartenance; pas de concept de « toi » ou « moi », nous sommes tous un. Toute l’atmosphère est en résonance totale avec le sentiment de proximité, d’appartenance et d’amour.

Cette expérience de la perfection de l’amour est enregistrée dans ma mémoire, et c’est pourquoi, en tant que vieilles âmes, nous sommes parfois si idéalistes quant à ce que devrait être l’amour, parce que nous avons goûté à la perfection et quand mes relations actuelles ne sont pas à la hauteur, ou que je ne peux pas vraiment maintenir des sentiments d’amour durables, au fond de moi, je sens un peu un échec, je me dis que je ne suis pas très doué dans ce monde de relations pour me relier avec les autres et partager de l’amour.

L’amour se transforme en « EGO »

Par la suite, nous ne cessons pas d’aimer; nous continuons d’aimer, nous commençons juste à aimer les mauvaises choses. C’est aussi simple que cela. Donc, quand je m’aime en tant que corps, cela devient de l’ego. Quand j’aime le corps des autres, cela devient de la luxure et de l’attachement. Quand j’aime les biens matériels et l’argent, cela devient de l’avidité. On pourrait peut-être dire que tous les vices sont des formes perverties de l’amour.

J’avais un cœur plein d’amour au début de mes incarnations, mais maintenant j’ai besoin d’amour, j’attends de vous que vous m’aimiez, je m’attends à ce que les autres remplissent le vide qui est dans mon cœur. Je cherche le véritable amour; j’investis mon cœur dans les relations et je donne tout, mais aucune relation n’est permanente et donc, que ce soit du fait du temps, de changement, de conflit, de la mort, l’objet de mon amour s’en va, et cela commence à m’affecter en profondeur. Je ressens de la peur et de l’insécurité, donc à partir de là, je commence à apporter dans mes relations beaucoup de peur et d’insécurité; tout est mélangé. J’ai des préférences : Je vous aime bien, mais je préfère untel et ainsi, le monde que je connaissais d’amour parfait a été brisé et maintenant il règne une atmosphère différente.

Les différentes sortes d’amour

Et puis j’entre dans un autre monde, et quand j’entre dans cet autre monde, que devient l’amour ? J’aspire toujours à cet amour véritable, cet amour pur, mais qu’est-ce que je reçois? Je reçois un amour conditionnel. L’amour conditionnel, c’est comme un robinet : on peut l’ouvrir ou le refermer. Je t’aimerai ou je cesserai de t’aimer. Donc, j’utilise l’amour pour manipuler et contrôler. Parfois, l’amour conditionnel dit : « Je t’aimerai, mais tu dois faire ce que je veux ». C’est un amour qui manipule et contrôle.

Aussi, il y a de l’amour égoïste. Parfois le cœur est tellement vide que tout ce à quoi je pense, c’est que tu me soutiennes, que tu m’aimes, que tu t’occupes de moi, et donc quand j’ai ce type d’amour égoïste, je finis par avoir trop d’attentes sur ce que l’autre devrait me donner; et quand ils ne répondent pas à ces grandes attentes, je me sens profondément déçu. Certains sont déçus en permanence par les autres. En fait, nous ne réalisons pas que c’est notre propre égoïsme qui est en la source.

Parfois même nous avons connu un amour superficiel, et c’est vraiment basé sur le fait d’aimer l’autre en tant que corps, plutôt que comme une âme. Parce que quand j’aime l’autre comme un corps, je ne vois que ce qui est superficiel. Mais quand j’apprends à le connaître, sa personnalité, ses sanskars commencent à émerger et donc l’amour passe souvent d’une incroyable attraction à de la familiarité, voire à une aversion ou à un rejet. Donc, je passe par tout ce cycle d’attraction-répulsion, et cela me fait beaucoup de mal. Parfois j’ai l’impression que je ne peux pas maintenir une relation parce qu’au début, je me concentrais sur mon moi limité; je me basais juste sur ce que voyais physiquement plutôt que de rencontrer vraiment l’âme.

Parfois l’amour devient dépendant et là où règne un amour dépendant, j’ai complètement le sentiment de perdre ma liberté. C’est alors comme une relation amour-haine : je t’aime parce que tu me soutiens, mais je ne t’aime pas parce que je me sens contrôlé, et j’ai le sentiment d’avoir perdu ma liberté; ma liberté d’esprit.

Pour me protéger, je construis un mur autour de mon cœur

En expérimentant ces formes d’amour, en résultat, mon cœur devient endommagé, abîmé. Je me sens très vulnérable et pour me protéger, qu’est-ce que je fais? Je construis un mur autour de mon cœur. Je construis ce mur pour m’éviter d’être blessé parce que la plus grande douleur dans la vie est la douleur des relations, la douleur de ne pas se sentir aimé, de ne pas avoir ce sentiment « d’appartenance », d’être rejeté sans être aimé, etc. Donc, pour me protéger, je construis un mur afin de ne pas expérimenter cette douleur, de ne pas la prendre. Cependant, en construisant ce mur, il m’empêche également d’exprimer mon amour. Il prend alors la forme de l’ego.

Relation profonde entre l’ego et l’amour

Il y a une relation si profonde entre l’ego et l’amour; plus j’ai d’ego, moins je suis « aimable ». Et quel est le rôle de l’ego ? Il m’amène à me sentir à part. Lorsque je suis sous l’influence de l’ego, celui-ci se met à murmurer dans mon esprit : « Tu n’es pas à ta place ; les gens ne veulent pas de toi, ils ne t’aiment pas, les gens ne t’acceptent pas, ils te rejettent ». Et cette histoire est si forte dans ma tête que je me sens vraiment déconnecté, je ne suis bien nulle part, et c’est probablement la plus grande souffrance de l’esprit humain.

Au début, j’avais le cœur totalement ouvert, j’étais en contact avec tout le monde. Tous ceux que je rencontrais partageaient à 100 % ces beaux sentiments, le don et l’amour, et à la fin, j’ai construit un mur autour de mon cœur, et il y a cette peine intérieure, cette tristesse si profonde, et donc, chaque fois que je perds une relation ou qu’un être cher meurt, cela rouvre cette profonde blessure de chagrin à l’intérieur de moi. La peine originelle de l’esprit humain est que j’ai perdu ce véritable amour de Dieu, cette mémoire de la perfection, de l’amour, de l’appartenance, de la proximité, qui nous fait se sentir si empli, en sécurité, si confortable et si paisible; et cette peine se trouve vraiment profondément dans un coin de mon cœur.

Je commence ma quête d’un amour vrai

C’est ainsi que j’entre dans cette période où je recherche l’amour de Dieu. Mais j’emporte avec moi un cœur en assez mauvais état, qui a besoin de beaucoup de soins.

Les différentes sortes de cœur

Parfois, j’ai le cœur brisé; ce sont ces cœurs qui ont subi une perte. Il y a eu une perte due à un conflit, ou à une séparation, ou une perte due à la mort, et donc mon cœur a été brisé. J’ai reçu le soutien de quelqu’un, et ce quelqu’un est parti, et mon cœur s’est brisé.

Parfois, on a un cœur vide; c’est le cœur qui veut toujours prendre. Tout ce que je peux ressentir, éprouver, c’est l’envie de prendre. Nous savons que la loi de la vie dit : « Si tu veux de l’amour, donnes-en ». Et donc, le cœur vide est celui qui cherche toujours à prendre.

Il y a aussi le cœur fermé. Le cœur fermé est le cœur qui avait confiance, une confiance totale, et qui a été trahi et donc, ce cœur a tellement de mal à faire confiance à nouveau, alors il se ferme.

Il y a le cœur lourd. Parfois, l’expérience de la perte et toutes les choses dont nous avons parlé rendent le cœur tellement lourd ou peut-être ai-je fait certaines choses, par exemple dans mes relations, qui me font sentir coupable ou accablé. Ou même parfois mon cœur est devenu un cœur délicat, si fragile, disons si sensible, que quoi qu’il arrive, cela me fait mal, me blesse.

Je me présente devant Dieu avec beaucoup d’attentes

Ainsi, j’entre dans un cheminement spirituel, je deviens l’enfant de Dieu, mais beaucoup d’entre nous ont une forme ou une autre de maladie cardiaque, et nous sommes face à Dieu, quand nous sommes petits, et notre première expérience est la suivante : « Je suis rentré à la maison, je t’ai trouvé, tu es l’Océan d’amour, tu es Celui qui va m’aimer, tu es Celui qui va me guérir, Celui qui va m’aider à guérir ce cœur malade que j’ai porté durant toutes ces vies ». Et donc, je me présente devant Dieu avec beaucoup d’attentes. Et parfois je fais de bonnes expériences, mais souvent je ne ressens pas grand-chose. C’est comme si j’étais devant l’amour que j’avais tant cherché, mais je ne ressens pas grand-chose. C’est le voyage spirituel.

Il faut du temps pour débloquer ce cœur fermé

Ne vous en faites pas, n’abandonnez pas, il faut du temps pour débloquer ce cœur fermé, il faut du temps pour commencer à guérir. Soyez patients, cela fonctionnera avec le temps parce que, selon ma propre expérience, je sens que Dieu donne cette incroyable éducation pour guérir complètement et entièrement mon cœur. Et la première chose que Baba nous enseigne et l’une des choses qui m’a frappé si profondément quand je l’ai entendue c’est : « Le véritable amour est cet amour qui existe toujours; l’amour vrai est celui qui existe toujours ». Je dois donc commencer à recentrer mon amour. Tout ce que j’ai à faire est de me recentrer loin de ce qui est transitoire, des relations et des rôles temporaires, et de me concentrer sur tout ce qui est permanent. Plus j’attache mon cœur à ce qui est temporaire, plus j’introduis la peur et l’insécurité dans ma vie.

Par quoi dois-je commencer ?

  • Premièrement, je commence par apprendre à aimer Dieu comme une âme, je commence à apprendre à m’aimer comme une âme et à aimer les autres comme des âmes. Ainsi, la guérison commence parce que je réalise maintenant que le véritable amour consiste à aimer ce qui est toujours là, et cela va guérir ma peur de perdre ce que j’aime.
  • Deuxièmement, je transfère mon amour du physique au spirituel, et je commence à voir que si je suis attiré par quelqu’un au niveau physique, cela va instantanément désactiver ma capacité à rechercher l’amour permanent; donc, je commence par transférer mon amour du physique au spirituel, c’est-à-dire transférer l’amour du corps à l’amour de l’âme.
  • Troisièmement, je passe d’un amour basé sur l’émotion à l’amour qui repose sur la vérité. L’amour basé sur l’émotion est cet amour conscient du corps, qui vous aime un jour et vous rejette le lendemain ; cela nous a jetés dans la confusion. Mais l’amour basé sur l’intellect repose sur la compréhension, c’est l’amour basé sur la vérité. C’est l’amour que Dieu nous donne. Il nous voit, Il connaît notre valeur et, que mon niveau monte ou descend, que je sois à gauche ou à droite, Dieu ne cesse de m’aimer parce qu’Il voit ma beauté, et Son regard reste concentré sur ma beauté. Ce n’est pas qu’Il m’aime parce que je fais quelque chose de bien un jour, et que si je commets une erreur le lendemain, il me rejette. Ça, c’est l’amour émotionnel. De plus, Dieu nous apprend même à transformer notre amour dépendant en un amour pur, et cela signifie vraiment que j’ai cet amour à la fois détaché mais totalement aimant, et c’est là la grande sagesse.

« Pour être vraiment aimant, il faut être détaché ».

Restaurer et guérir tant de relations humaines, c’est être complètement détaché et cela me permet vraiment d’être complètement aimant.  Parce que quand je suis détaché, je peux aimer l’autre quand il est de bonne humeur, mais aussi quand il est de mauvaise humeur. Comment aimer avec précision ? Qu’est-ce que le véritable amour ? D’après mon expérience, il y a trois croyances vis-à-vis de soi qui bloquent notre capacité à nous aimer, à aimer Dieu et à aimer les autres.

La première croyance est « Je ne suis pas aimable ».

On ne peut m’aimer; et cette croyance peut être si profonde en moi que même lorsque les autres m’offrent de l’amour, je ne peux pas le sentir parce que j’ai cette conviction profonde que je ne suis pas aimable.

Comment vais-je commencer à guérir cela ?
Asseyez-vous devant Dieu au petites heures matinales, et devenez tout simplement un petit enfant ; devenez même comme un petit bébé face à Dieu. Franchissez les murs de votre ego qui ont été construits autour de votre cœur. Devenez juste un petit bébé et asseyez-vous vraiment devant l’Océan d’amour et laissez-vous aimer; asseyez-vous si tranquillement, si innocemment, comme un petit enfant, et laissez-vous aimer complètement, donnez-vous cette permission, et même si votre cœur s’ouvre ne serait-ce que d’un millimètre, c’est un début. Ne vous inquiétez pas, davantage d’amour pourra entrer dans votre cœur. Plus l’amour rentre, plus vous regagnez votre respect de soi, et plus vous vous sentez bien, plus vous pouvez commencer à profiter de cet échange d’amour avec les autres.

La deuxième croyance est « Je ne suis pas digne d’être aimé »

Je ne suis pas assez bien pour être aimé. Parfois, j’ai l’image que pendant plusieurs incarnations, nous sommes les âmes qui sont allées dans tous les temples et toutes les églises, toutes les mosquées et toutes les synagogues, et qu’avons-nous dit ? « Ô mon Dieu, tu es si pur, tu es si grand » ou « Ô déité, ou qui que ce soit que j’adore, je suis tellement impur, et je suis tellement ceci et cela… ». Réfléchissez à l’effet sur votre psyché, vie après vie, année après année, jour après jour, de cette sorte de renforcement de votre propre impureté ! Cela a laissé une trace pprofonde, un effet énorme.

En réalité, Dieu nous voit tellement élevé et nous, nous nous voyons tellement bas. Commençons à réaliser que vraiment, la vision de Dieu est la réalité éternelle, et que ma vision est la réalité temporaire; je suis coincé, scotché dans ce temporaire, cette dépendance à une vision négative, fermée, limitée de moi-même.

Le signe d’une âme emplie de connaissance est qu’elle s’extrait de la dépendance à son ancien moi, de cette vision sur son ancien moi et entre dans la vision de Dieu. Il est de mon devoir d’entrer dans le regard de Dieu et d’accepter cette vision élevée de Soi parce que je suis Son enfant digne. Il me considère comme son enfant digne. C’est moi qui crois que je ne suis pas digne, et plus j’entre dans la vision de Dieu, plus ce sentiment d’indignité va s’atténuer. Il est un des restes les plus profonds de la dévotion, à l’effet que je ne suis pas vraiment assez pur ou assez bien pour être aimé par Dieu. C’est comme une guérison massive de mon cœur.

La troisième croyance est « Je ne peux plus faire confiance ».

Je ne peux faire confiance à personne, je n’ai plus confiance dans les relations humaines. Peut-être que pendant beaucoup d’incarnations, je me suis senti trahi, je me suis senti déçu, j’ai eu le sentiment que les autres m’avaient abandonné. Et du coup, je ne peux pas faire confiance à personne et même si je veux faire confiance à Dieu, mon habitude de ne pas faire confiance fait que parfois même, il faut du temps pour commencer à faire confiance à Dieu. Mais Il commence à vraiment gagner ma confiance parce que Dieu tient toujours ses promesses. Dieu ne me laissera jamais tomber. Dieu tient toujours ses promesses Dieu est toujours bienveillant, et complètement prévisible, et donc, quand j’apprends à connaître Dieu et que je L’observe ainsi, ma capacité à faire confiance se reconstruit peu à peu.

Puis je laisse Dieu entrer dans mon cœur

Quand je brise vraiment ces croyances que j’avais sur moi-même : que je ne suis pas aimable, que je ne suis pas digne, que je ne peux pas faire confiance, mon cœur commence à s’ouvrir à nouveau, et je laisse Dieu entrer dedans. Et plus je Le laisse entrer dans mon cœur, plus la guérison est profonde. Cette restauration de mon respect de moi-même repose sur l’amour de Dieu.

Dieu dit : « Dans la mesure où vous vous respectez vous-même, vous pouvez respecter les autres; dans la mesure où vous avez du respect pour vous-même, vous serez humble; dans la mesure où vous avez du respect pour vous-même, vous serez heureux, et tout le monde vous aimera ». Ainsi, la guérison prend du temps, il faut de la patience, mais c’est la plus grande guérison. S je reste avec Dieu, je redeviendrai complètement sain, en bonne santé et entier.

Méditation guidée

Prenons quelques minutes pour réfléchir à ces idées en silence et laissez-vous guider par ces quelques pensées :

Je m’installe devant Dieu comme un petit enfant, et consciemment, je laisse mon cœur s’ouvrir pour recevoir le cadeau le plus précieux de toute l’éternité… l’amour pur et divin de l’Être suprême…
Durant toutes mes vies, il ne peut y avoir d’expérience supérieure à celle-ci…
Sentez simplement l’âme dans le corps…
Je me présente face au Bien-aimé unique…
Sentez cet amour…

Cet amour est mon droit de naissance…
Dieu ne veut rien d’autre que m’emplir de Son amour véritable…
Je fais l’expérience de cet amour divin, ce courant qui touche le cœur de mon être…
Totalement détendu, j’ouvre mon cœur encore davantage…
Je sens les douces vibrations d’amour de Dieu m’envahir, me caresser et me guérir…
Dieu n’a rien à cacher…
Je m’ouvre complètement à Lui…

Plus je me laisse aller, plus je m’ouvre, plus l’amour colore ce doux sentiment d’union complète, d’appartenance totale…
Je me sens si silencieux à l’intérieur…
C’est comme si j’avais tout ce dont j’ai besoin, rien ne me manque…
Et dans ce sentiment de connexion complète, je laisse se dissoudre tout sentiment d’indignité…
Dieu, Tu m’as adopté…
Tu m’as trouvé et Tu as fait en sorte que je me sens proche de Toi…
Je suis rentré à la maison… et je retrouve Ton amour… Ton respect…
Ton attention guérit de mon cœur…
Ces sentiments me rendent à moi- même… à mon état initial de respect de soi…
Dieu, je souhaite rester dans ces sentiments autant que possible…
Je me souviendrai naturellement de Toi…
Et plus je me souviens de Toi, plus la guérison se fait…
Je me sens transformé…
Je me sens pur…
je me sens à nouveau entier…

Traduit d’une conférence de Charlie Hogg, directeur des Centre Brahma Kumaris en Australie – 31 janvier 2021
Adapté pour le public par le Centre de Raja Yoga de Québec